• Jours Heures Mins Secs

    Avant les jeux olympiques d'hiver 2018

  • Jours Heures Mins Secs

    Avant les jeux paralympiques d'hiver 2018

L’ancien nageur algérien Salim Ilès, à la redécouverte de l’INSEP

-A A +A

L’INSEP a accueilli mardi 22 novembre Salim Ilès, ancien nageur originaire d’Oran, en Algérie, et spécialiste des épreuves de sprint en nage libre (50 m et 100 m). Premier médaillé mondial de son pays en natation, 6 fois médaillé d’or aux Jeux Africains et 5 fois aux Jeux Méditerranéens,  Salim Ilès a passé une journée au cœur de cette « Terre de Champions » dans le cadre d’un programme de formation proposé par le Comité International des Jeux Méditerranéens (CIJM) en collaboration avec le Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF).   

Aujourd’hui membre du Comité Olympique Algérien et du Comité d’Organisation des Jeux Méditerranéens 2021 qui auront lieu à Oran, c’est avec beaucoup d’émotions que Salim Ilès a donc redécouvert l’INSEP après y avoir séjourné à plusieurs reprises lorsqu’il était athlète.

La matinée a commencé par la découverte du Pôle Médical qui a « beaucoup évolué » selon ses dires. Accompagné du Directeur Adjoint du pôle, Jean-Robert Filliard, la visite aura duré plus d’une heure, le temps d’observer les 2 000 m² dédiés aux soins, à la rééducation et la réathlétisation, mais aussi les installations mises à disposition des sportifs de haut niveau : balnéothérapie, IRM, scanner ou encore cryothérapie.

La matinée s’est poursuivie par la visite des installations sportives, à l’heure ou un grand nombre d’athlètes étaient à l’entrainement. Les rénovations récentes n’ont pas manqué de séduire l’ancien nageur.

Au complexe aquatique Christine Caron, Salim Ilès a eu l’agréable surprise de revoir son ami Éric Rebourg, aujourd’hui entraîneur du Pôle France, qu’il n’avait pas vu depuis près de dix ans.

Pour finir la matinée, l’Algérien a échangé avec la Cellule des Relations Internationales sur la stratégie de l’INSEP à l’international avant d’aller passer l’après-midi au « Lieu Unique » en compagnie de Patrick Cluzaud, directeur du pôle haut niveau du CNOSF.  

Crédit photos: INSEP

Nous suivre